THAI-MOTO SOUM SVA KOUM BIENVENUE AU CAMBODGE

La monnaie: Le Riel, et aussi le Dollar sont utilisées conjointement (1 dollar = 4000 Riels). Les banques , bureaux de change, distributeurs sont présents à Phnom Penh et Siem Reap.

La circulation: A droite, et il n’y a pas de priorité , chacun adopte sa propre trajectoire, au besoin à contre sens sans aucune agressivité. Les embouteillages sont fréquents à Phnom Penh . Il est édifiant d’observer  les conducteurs de véhicules à travers le trafic urbain, quelque soit la densité de la circulation, les visages restent impassibles, ne pas extérioriser ses sentiments, une règle d‘or ici, il faut « garder la face » . Nous aurons l’occasion de développer ce concept pendant le tour. C’est sans doute le seul pays ou vous risquez un P.V. en roulant de jour avec le phare allumé. Nous (motards barangs ) sommes les cibles privilégiées des policiers de Phnom Penh et Sihanoukville, contrôle du permis international fréquent, cela peut rapporter 5 dollars en cas de défaut. Il faut savoir qu’ici la partie de la rue situé devant un commerce appartient à celui-ci, c’est un usage et non une loi, mais tout le monde le respecte; pas de problème si l’on se gare devant le resto où nous allons déjeuner , mais il est recommandé ne pas aller chez le voisin.. Sur la route, il faut être vigilant , car les traversées de vaches, chiens , vélos, tracteurs  sont très fréquents , sans oublier les bus et 4x4 Lexus, Range qui roulent à tombeau ouvert.  Sur les pistes c’est différent, il est possible de rouler des heures sans croiser âme qui vive, à part quelques gardes forestiers.

La nourriture: Le riz accompagne tous les plats ici .Les soupes (samla) et les B.B.Q. (poulet, porc, bœuf) sont à l’honneur sur les marchés et dans les restaurants. Le poisson cuit à la vapeur ou grillé avec ses herbes et la citronnelle est aussi au menu. L’Amok au poisson ou fruits de mer avec sa sauce coco est particulièrement apprécié par les occidentaux, accompagné bien sûr d’une bière locale Angkor ou Crown. Le café local filtré à    la chaussette, bien qu’un peu corsé, est excellent, et disponible sur tous les marchés. La baguette locale, héritage du passé colonial, est aussi présente un peu partout, pratique pour le petit dej, c’est quand même plus sympa que la soupe de nouilles le matin…

Ils sont très accueillants, tolérants et discrets , il faut y voir l’influence profonde du bouddhisme Theravada , et son mysticisme avec les esprits qui les accompagnent tout au long de leur vie. Ils sont aussi fiers d’être Khmers, à juste titre d’ailleurs, car héritiers d’une ancienne civilisation dominante   il y a quelques siècles, c’est le syndrome d’Angkor. L’entraide est impérative dans la famille, les salaires sont mis en commun pour le bien être de tous. Si une personne traverse une période difficile, on la laisse se débrouiller; lorsqu’on aide quelqu’un c’est qu’il est en position favorable, c’est l’inverse de chez nous. Le conformisme est de règle ici, il ne faut surtout pas se faire remarquer...

L’histoire récente du Cambodge a été marquée par le tragique épisode du régime Khmer    rouge dans les années 70, suivi de l’occupation par les Vietnamiens durant 10 ans. Le prince Ranariddh est président de l’assemblée et Hun Sen est le premier ministre. La paix est enfin revenue, et de grands chantiers voient le jour, parmi eux la fin des travaux de la route entre Poipet et Siem Reap, la laison avec le Mondolkiri (Sen Monorom) , l’ aménagement de la rive du Mékong à Phnom Penh, La construction de plusieurs barrages dans le massif des Cardamones, que nous traversons  au cours du circuit, est encours, ce qui devrait procurer un peu d’indépendance énergétique au pays qui ne dispose d’aucune centrale, et est totalement dépendant de ses voisins pour la production électrique. C’est la Chine qui est à la tête de ce chantier, en échange de  concessions sur l’exploitation de mines de tungstène.